Séance 7 – Dans la gueule du Cyclope

Si ma douce voix vous manque, vous pouvez écouter le texte tout en le faisant défiler pour suivre : cliquez sur « audio » à côté du sceau en cire rouge, là, juste dessous (je vous entends de loin glapir « où ça où ça ? »). Ensuite, courez au quizz ! Et, enfin, résumez brièvement cet épisode (voir aide à la fin)

Ulysse a réussi à récupérer tous ses compagnons et à repartir. Ils arrivent ensuite sur l’île de Polyphème, fils de Poséidon…

Nous arrivâmes alors au pays des Cyclopes arrogants. La confiance que ces hommes sans lois portent aux dieux immortels est si grande qu’ils ne font aucune plantation, aucun labour. Sans semailles, sans culture, tout pousse chez eux : blé, orge et vigne dont les grappes donnent un vin abondant grâce à la pluie de Zeus. Ils habitent les cimes des montagnes, dans des grottes profondes, et chacun exerce sa loi sur sa femme et ses enfants, sans se soucier des autres.

       Quand nous fûmes plus près du rivage, nous aperçûmes, enfouie sous une voûte de lauriers, une grotte sur un promontoire dominant la mer. De nombreux troupeaux de chèvres et de moutons étaient parqués là.  Et il y avait, autour de l’enclos, une palissade faite de rocs fichés en terre, de longs fûts de pins et de chênes feuillus.

Là séjournait un homme de taille prodigieuse qui, seul et loin de tous, menait paître ses troupeaux, sans fréquenter d’autres gens : il vivait à l’écart et ne connaissait pas la justice. C’était un monstre prodigieux, qui ne ressemblait pas à un mangeur de pain, mais au sommet boisé d’une haute montagne, que l’on voit se dresser tout seul, loin des autres sommets.

En débarquant j’ordonnai à mon fidèle équipage de rester près du navire pour le surveiller.  Puis je me mis en route avec douze de mes meilleurs compagnons ; j’avais emporté une outre en peau de chèvre, remplie d’un vin noir très agréable.  C’était un vin des plus purs, une boisson digne des dieux.  En mélangeant vingt mesures d’eau à une coupe de ce vin, on obtenait un vin rouge doux comme le miel, et du cratère montait une odeur divine, d’une irrésistible douceur.

 Nous atteignîmes rapidement l’antre, mais le Cyclope n’y était pas : il était parti faire paître ses gras troupeaux.  Une fois à l’intérieur, nous examinâmes tout : les claies ployaient sous le poids des fromages et les stalles étaient pleines d’agneaux et de chevreaux. Les bêtes étaient réparties par groupes : les petits d’un côté, les plus grands d’un autre et les plus vieux d’un autre encore.  Toutes les jattes débordaient de petit-lait. En l’attendant, nous prîmes des fromages et les mangeâmes, assis dans l’antre.

Avez-vous bien écouté / lu ? Pour le savoir répondez au quizz. Ensuite, écrivez sur le cahier (ou l’ordi) un (tout) petit résumé. Astuce : vous pouvez utiliser les questions du quizz pour vos phrases, elles résument l’essentiel…

Ulysse arrive sur l’île des Cyclopes, où tout pousse tout seul. Polyphème est un cyclope farouche, sauvage, qui vit à l’écart et dont la description fait peur (il ressemble à un énorme animal poilu et sauvage). Ulysse et 12 de ses compagnons entrent dans sa grotte en son absence et mangent son fromage.

(Si vous avez repris les phrases du quiz dans votre résumé il est parfait, ne changez rien !)

S Richasse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s