Séance 8 – Miam Miam !

Là aussi, vous pouvez écouter le texte tout en le faisant défiler sous vos yeux (cliquez sur audio en haut à droite).

 Quand le Cyclope rentra du pâturage, il portait un lourd fardeau de bois sec qui lui servirait à préparer son repas : il le jeta bruyamment à l’intérieur et nous reculâmes, effrayés, au fond de l’antre.  Il poussa dans la vaste caverne toutes les grasses brebis qu’il voulait traire, laissant les mâles, boucs et béliers, près de la porte, dans un profond enclos.  Puis il souleva un immense bloc de pierre avec lequel il ferma l’entrée.  Cette pierre était si lourde que vingt-deux solides chars à quatre roues n’auraient pu la lever du sol ! Il s’assit, se mit à traire ses brebis et ses chèvres bêlantes, en bon ordre, et plaça sous chaque mère un nouveau-né. Puis il recueillit dans des corbeilles tressées la moitié du lait blanc qu’il avait fait cailler.  L’autre moitié, il la versa dans des jattes, pour la boire pendant son repas et quand il aurait soif.  Il eut vite fait d’achever sa besogne.  Il alluma alors un feu, nous aperçut et nous demanda :

« Étrangers, qui êtes-vous ? D’où venez-vous sur les routes humides ? Naviguez-vous pour quelque négoce, ou bien allez-vous à l’aventure, tels des pirates qui, au péril de leur vie, vont porter le malheur en terre étrangère ?» Il dit ; notre cœur frissonna d’épouvante devant la puissance de sa voix et l’immensité de sa taille.

Je lui répondis cependant :

« Nous sommes des Achéens venant de Troie.  Les vents nous ont égarés sur le gouffre de la mer, alors que nous voulions rentrer chez nous.  Nous sommes fiers d’être des soldats d’Agamemnon, dont la gloire s’élève jusqu’au ciel, depuis qu’il a renversé une ville superbe et tué d’innombrables ennemis.  Mais, à genoux, nous te supplions de nous accueillir et de nous offrir un présent, comme le veut la loi de l’hospitalité. Crains les dieux, ô notre ami, car nous sommes tes suppliants, et Zeus protège les suppliants et les étrangers. »

Je dis ; mais ce cœur cruel me répondit :

« Es-tu sot, étranger, ou viens-tu de si loin, pour m’inciter à craindre les dieux et à éviter leur colère ? Les Cyclopes n’ont nul souci de Zeus qui tient l’égide, ni des dieux bienheureux, car nous sommes bien plus forts qu’eux. Pour éviter la colère de Zeus, je n’épargnerai ni toi, ni tes compagnons, à moins que mon âme ne me l’ordonne. »

Et, en se ruant, il étendit les mains sur mes compagnons, et il en saisit deux et les écrasa contre terre comme des petits chiens. Et leur cervelle jaillit et coula sur la terre. Et, les coupant membre à membre, il prépara son repas. Et il les dévora comme un lion montagnard, et il ne laissa ni leurs entrailles, ni leurs chairs, ni leurs os pleins de moelle. Et nous, en gémissant, nous levions nos mains vers Zeus, en face de cette chose affreuse, et le désespoir envahit notre âme.

Quand le cyclope eut empli son vaste ventre en mangeant les chairs humaines et en buvant du lait sans mesure, il s’endormit étendu au milieu de l’antre, parmi ses troupeaux.

Moi, je réfléchissais, rassemblant mon courage.  Allais-je me jeter sur lui, dégainer mon épée aiguisée et le frapper au ventre, à la jonction du diaphragme et du foie, après avoir tâté l’endroit de ma main ? Mais une pensée me retint.  Nous allions trouver là une mort atroce, car nos bras seraient incapables de dégager le lourd rocher placé par le Cyclope devant la haute entrée.

En gémissant, nous attendîmes donc l’aurore divine.

As-tu bien écouté / lu ? Pour le savoir, fais le quizz et aide-toi des questions et des réponses pour rédiger dans le cahier ou sur l’ordinateur un court résumé du texte.

Quand le cyclope arrive les compagnons d’Ulysse sont effrayés. Il ferme l’entrée de la grotte avec un rocher qu’ils sont incapables de bouger, trait ses brebis, et les aperçoit. Ulysse demande l’hospitalité au nom de Zeux mais cela énerve le Polyphème qui mange deux hommes pour montrer qu’il se moque de Zeus. Ulysse pense à le tuer mais ils seront coincés dans la grotte, la nuit passe.

S Richasse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s