Séance 16 – Devinez qui voilà !

Ulysse reconnu par son chien Argos, tapisserie, S. Vouet, XVIIème siècle, château des ducs d’Epernon, Cadillac

Eumée, l’ancien serviteur d’Ulysse, l’amène au palais déguisé en mendiant pour demander l’hospitalité (je vous rappelle que nourrir un étranger de passage est un devoir sacré chez les Grecs antiques). En fait, il veut repérer les lieux pour se venger des prétendants.

Ils arrivent dans la cour du palais d’Ulysse, dont personne ne connaît encore l’identité à part son fils.

Ulysse et Argos, André Dussarthon
POUR ECOUTER LE TEXTE C’EST ICI !

Ulysse et Eumée parlent ainsi. — Soudain un chien couché près d’eux lève sa tête et dresse ses oreilles : c’est Argus, que le vaillant Ulysse avait élevé lui-même. Jadis les jeunes chasseurs conduisaient Argus à la poursuite des chèvres sauvages, des cerfs et des lièvres ; mais depuis que son maître était parti, il gisait honteusement sur le fumier des mules et des bœufs, qui restait entassé devant les portes, jusqu’à ce que les serviteurs d’Ulysse viennent l’enlever pour fumer les champs. C’est là que repose étendu le malheureux Argus tout couvert de vermine. Lorsqu’il aperçoit Ulysse, il agite sa queue en signe de caresses et baisse ses deux oreilles ; mais la faiblesse l’empêche d’aller à son maître. Ulysse, en le voyant, essuie une larme qu’il cache au porcher, puis il prononce ces paroles :

« Eumée, je m’étonne que ce chien reste ainsi couché sur le fumier, car il est d’une grande beauté. Toutefois j’ignore si avec ses belles formes il est bon à la course, ou si ce n’est qu’un chien de table que les maîtres élèvent pour leur propre plaisir. »

Eumée lui répond en disant : « Hélas ! c’est le chien de ce héros qui est mort loin de nous ! S’il était encore tel qu’Ulysse le laissa quand il partit pour les champs troyens, tu serais étonné de sa force et de son agilité. Nulle proie n’échappait à sa vitesse lorsqu’il la poursuivait dans les profondeurs des épaisses forêts : car ce chien excellait à connaître les traces du gibier. Maintenant il languit accablé de maux ; son maître a péri loin de sa patrie, et les esclaves, devenues négligentes, ne prennent aucun soin de ce pauvre animal ! »

Quand Eumée a achevé ces paroles, il entre dans les demeures d’Ulysse et va droit à la salle où se trouvaient les fiers prétendants. — Mais le fidèle Argus est enveloppé dans les ombres de la mort dès qu’il a revu son maître après vingt années d’absence !

Ulysse et Euryclée, Marc Chagall, gravure, illustration de l’Odyssée

Sur ordre de Pénélope, Euryclée, la nourrice d’Ulysse, lui lave les pieds avant de l’inviter à un banquet, comme on le fait aux hôtes. Elle lui dit :

« Beaucoup de mendiants sont venus dans ce palais, mais aucun d’eux ne me parut, par sa taille, sa voix et ses pieds, ressembler autant que toi à l’intrépide Ulysse. »

L’époux de Pénélope prend la parole et dit :

« O femme, tous ceux qui nous ont vus l’un et l’autre disent aussi qu’il existe entre Ulysse et moi une grande ressemblance comme tu viens de le remarquer toi-même. »

Alors la vénérable Euryclée apporte un splendide bassin qui servait à baigner les pieds ; elle y répand d’abord de l’eau froide et y verse ensuite de l’eau bouillante. Ulysse s’assied près du foyer en se tournant du côté de l’ombre ; car il craignait qu’Euryclée, en lui lavant les pieds, ne découvre et la cicatrice qu’il avait au-dessus du genou et qui pouvait le trahir. Euryclée s’approche de son maître, lui baigne les pieds et reconnaît aussitôt la blessure que lui fit jadis un sanglier aux dents d’ivoire lorsque Ulysse parcourait le mont Parnèse avec son aïeul maternel.

La vénérable Euryclée, en baissant les mains, touche cette cicatrice, et la reconnaît aussitôt ; alors elle laisse aller le pied d’Ulysse qu’elle tenait pour le laver : la jambe du héros retombe dans le bassin, l’airain retentit, le vase se renverse, et l’eau coule à flots sur la terre. L’âme d’Euryclée est à la fois saisie par la joie et par la douleur, ses yeux se remplissent de larmes et sa voix expire sur ses lèvres ; Euryclée se lève, prend le héros par le menton et lui dit :

 « Vous êtes Ulysse, oui, vous êtes mon cher fils ; mais je n’ai pu vous reconnaître, ô mon maître, avant d’avoir touché votre cicatrice ! »

Puis elle porte ses regards sur Pénélope pour lui dire que son époux est devant elle. Mais la reine ne l’aperçoit point, et ne reconnaît pas Ulysse ; car Athéna avait tourné ailleurs l’esprit de Pénélope. Le héros se jette sur sa nourrice, lui serre le cou avec la main droite, et avec la main gauche il l’attire à lui en disant :

« Tu veux donc me perdre !… Oui, c’est toi qui m’as nourri de ton lait ; et c’est moi qui, après avoir souffert des maux sans nombre et erré pendant vingt années, arrive enfin dans ma patrie. Mais puisque les dieux ont voulu qu’Euryclée reconnaisse son maître, garde le silence, et que personne, dans cette demeure, n’apprenne le retour d’Ulysse.

QUIZ SUR LES DEUX TEXTES

Grâce à ta lecture et à tes réponses aux quiz de la séance 15 et de celle-ci, recopie (sur le cahier ou à l’ordi) cette synthèse en la complétant.

Le retour d’Ulysse commence sous le signe du déguisement : il est changé en mendiant par Athéna afin de préparer sa vengeance.

Ce retour débute par 3 scènes de reconnaissance : Télémaque, Argus et Euryclée reconnaissent Ulysse.

Ces scènes permettent de montrer la dimension humaine d’Ulysse, qui verse de nombreuses larmes, même en apercevant son chien, symbole d’absolue fidélité.

En revanche, il ne se fait pas reconnaître de Pénélope parce qu’il a peur qu’elle ne sache pas garder le secret et que les prétendants comprennent qui il est et le tuent.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s