Séance 3 : L’amour plus fort que la mort

Eileen Cooper, Aldeburgh 3, 2012, Collage 28 x 38cm

A faire :

Préparer la prochaine classe virtuelle

qui aura lieu jeudi 7 mai :

– recopier dans le cahier le titre de la séance, les repères et le vocabulaire.

– imprimer si possible le texte ou recopier dans le cahier la première partie… (on va faire l’analyse de texte ensemble, lors de la classe virtuelle)

– relire le texte plusieurs fois à voix haute.

– souligner ou relever les mots difficiles qui ne sont pas dans le tableau de vocabulaire.

– dans le cahier, essayer de répondre aux questions suivantes par des phrases simples : Où ? / QUAND ? / QUI ? / QUOI ? / POURQUOI ? / COMMENT ?

– bien lire la fiche sur la classe virtuelle (explications + horaires)

REMARQUE : la correction de la séance 1 et les cours en classe virtuelle de la semaine dernière vous seront transmis un peu plus tard, dans un autre envoi.

RIEN A RENDRE POUR VENDREDI !! 

A recopier dans le cahier :

Séance 2 : L’AMOUR PLUS FORT QUE LA MORT
Comment raconter une histoire
d’amour et de mort ?

Repères :

– D’origine libanaise et égyptienne, Andrée CHÉDID est une écrivaine du XXème siècle.

– Elle a choisi le français pour écrire une œuvre à la fois romanesque et très poétique.

– Ouverte à toutes les cultures, consciente de la fragilité et de la beauté de la vie, Andrée CHÉDID restera très marquée par la guerre civile au Liban ; son roman, Le Message, est une sorte de témoignage de cette période douloureuse.

* refluer= couler en sens inverse
* des controverses= des disputes, ne pas être d’accord sur un sujet
* quelque chose de mélodramatique= exagérément triste et solennel

Lis bien le paratexte et le texte plusieurs fois à voix haute :

Dans la rue déserte d’une ville dévastée par la guerre, Marie est touchée par une balle alors qu’elle rejoignait Steph. Ce rendez-vous devait sceller leurs retrouvailles après une séparation….

« La balle s’est logée entre ses épaules, la blessure pourrait être fatale : elle commence à se l’avouer. Il lui reste toujours le temps d’avancer lentement, obstinément, pas à pas, vers Steph, lui crier dès qu’elle l’apercevra :

Je suis là. Je suis venue ! Je t’aime, je t’aime…

Peut-être qu’alors la vie refluera* à nouveau. Ou bien pourra-t-elle au moins mourir dans ses bras.

Malgré leurs conflits, leurs disputes, leurs séparations ; malgré les étapes parfois chaotiques de leur relation ; malgré leurs brouilles, leur tohu-bohu, leurs controverses* ; ils s’étaient un jour promis de ne pas disparaître sans s’être retrouvés. Aux moments les plus abrupts, les plus tumultueux, ils renouvelaient cette promesse :

Quels que soient nos chemins, aux derniers jours je serai auprès de toi.

Moi aussi.

Ils riaient, pour dissiper le ton mélodramatique* de ces paroles. Ils riaient beaucoup ; d’eux-même et de l’existence. Ils se sentaient plus vivants, plus invulnérables, grâce à ce serment, à ce filin d’acier qui les reliaient à jamais. L’existence en devenait aventureuse, mais apaisante ; audacieuse mais protégée.

Au loin des coups de feu crépitent. Une rafale, une autre ; puis une autre encore. (…)

Dès que la douleur s’estompe, que son attention ressurgit, Marie se sent solide et reprend confiance. Cette tragédie n’a pas eu lieu. Marie et Steph sont vivants avec leur amour d’enfance et d’adolescence, avec leur amour d’adultes à accomplir jusqu’au bout.

Marie a les cheveux courts, la plage est déserte ; ils ont vingt ans, ils courent l’un vers l’autre. Ils s’atteignent, se caressent. Les grains de sable brillent sur leurs peaux.

Steph la dépasse de sa haute taille, elle se blottit entre ses larges épaules. Elle y est bien. Les cheveux de Steph sont noirs, humides, bouclés ; ses joues sont fraîches, ses lèvres charnues. Il lui plaît, elle le lui dit. Elle se noue à son corps et lui au sien.

Andrée CHEDID, Le Message, 2000

Mme Bocquier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s