Séance 4 : La conquête amoureuse

Composition abstraite par Serge Poliakoff

A faire :

Retour sur les séances précédentes avant d’attaquer la nouvelle séquence !!!

Se mettre à jour avant la nouvelle séquence !!!

Bien lire les documents ci-après….il s’agit de l’essentiel de ce qui a été fait la semaine dernière. Laisse-toi guider par les mentions « A LIRE » / « A RECOPIER ou A IMPRIMER »

1 séance ZOOM par classe :

4B : mercredi 20 mai à 14h00

4D : mercredi 20 mai à 15h00

RIEN A RENDRE POUR VENDREDI !!

A recopier dans le cahier :

Séance 4 : EXPRESSION ÉCRITE (1)
= travail d’ INVENTION et d’ écriture sur ZOOM
A LIRE :

Principe : A partir d’un début d’histoire imposée, les élèves imaginent une suite en une phrase, et en une minute.Après avoir écouté quelques phrases, on choisit ensemble la meilleure, la plus originale ou la plus intéressante ; on l’écrit tous puis on imagine à nouveau la suite directe.

A RECOPIER :

Situation de départ : Depuis 55 jours, aucune nouvelle d’elle, silence total… Puis, un texto bref, un rendez-vous par SMS… Elle est venue vers moi, elle s’est approchée tout près. Mon cœur explosait d’impatience ; des questions se bousculaient dans ma tête…. Qu’avait-elle fait pendant tout le confinement ?

A RECOPIER si tu es en 4 B :

Suite des 4 B sur ZOOM : Sa peau, aussi blanche que le papier et ses yeux sans pupille lui donnaient une allure fantomatique. D’incompréhension, je restai figé, paralysé, incapable de faire quoi que ce soit… Elle m’attrapa le bras et me montra une morsure qui me fit sursauter. Elle me porta un regard malsain et me montra du doigt en riant monstrueusement…

A RECOPIER si tu es en 4 D :

Suite des 4 D sur ZOOM : Elle était figée, elle ne souriait pas et je pouvais percevoir une larme couler sur sa joue. Je m’approchai calmement et passai mon bras autour de sa taille tout en la questionnant tendrement. En cherchant à l’embrasser dans le cou, je tombai sur des griffures et un tatouage avec un numéro à l’intérieur. Je ne savais plus quoi penser, à la fois sidéré et triste de n’avoir pas pu la protéger. Dans son regard, je pouvais lire du danger, comme une menace qui planait maintenant sur nous…



A recopier dans le cahier :

Séance 4 : LA CONQUÊtE AMOUREUSE
Quelles différences y-a-t-il entre
conquête amoureuse et Amour véritable ?

Texte de fin de séquence

Repères :

– STENDHAL est un écrivain très célèbre du XIXème siècle.

Le Rouge et Le Noir est son roman le plus connu ; il retrace une histoire d’amour passionné et tragique entre une bourgeoise mariée, Mme de Rênal et le très jeune professeur particulier de ses enfants, Julien Sorel.

Lis bien le paratexte et le texte plusieurs fois à voix haute :

Le jeune Julien Sorel, de condition modeste, est le professeur particulier des enfants de monsieur de Rênal. Il s’est juré qu’il ferait la conquête de madame de Rênal et que, le soir même, dans le parc, il lui prendrait la main…

    Neuf heures trois quart venaient de sonner à l’horloge du château, sans qu’il eût encore rien osé. Julien, indigné de sa lâcheté, se dit : « Au moment précis où dix heures sonneront, j’exécuterai ce que, pendant toute une journée, je me suis promis de faire ce soir, ou je monterai chez moi me brûler la cervelle. »

    Après un dernier moment d’attente et d’anxiété, pendant lequel l’excès d’émotion mettait Julien comme hors de lui, dix heures sonnèrent à l’horloge qui était au-dessus de sa tête. Chaque coup de cette cloche fatale retentissait dans sa poitrine, et y causait comme un mouvement physique.

    Enfin, comme le dernier coup de dix heures retentissait encore, il étendit la main et prit celle de madame de Rênal, qui la retira aussitôt. Julien, sans trop savoir ce qu’il faisait, la saisit de nouveau. Quoique bien ému lui-même, il fut frappé par la froideur glaciale de la main qu’il prenait ; il la serrait d’une force convulsive ; on fit un dernier effort pour la lui ôter, mais enfin cette main resta.

    Son âme fut inondé de bonheur, non qu’il aimât madame de Rênal, mais un affreux supplice venait de cesser. Pour que madame Derville* ne s’aperçut de rien, il se crut obligé de parler ; sa voix était alors éclatante et forte. Celle de madame de Rênal, au contraire, trahissait tant d’émotion, que son amie la crut malade et lui proposa de rentrer. Julien sentit le danger : si madame de Rênal rentre au salon, je vais retomber dans la position affreuse où j’ai passé la journée. J’ai tenu cette main trop peu de temps pour que cela compte comme un avantage qui m’est acquis.

   Au moment où madame Derville renouvelait la proposition de rentrer au salon, Julien serra fortement la main qu’on lui abandonnait.

   Madame de Rênal, qui se levait déjà, se rassit en disant, d’une voix mourante :

Je me sens, à la vérité, un peu malade, mais le grand air me fait du bien.

   Ces mots confirmèrent le bonheur de Julien, qui, dans ce moment, était extrême.

STENDHAL, Le Rouge et le Noir, 1830

* Mme Derville est une amie de Mme de Rênal qui séjourne chez elle…

1) Relevé textuel :

Personnages + liensIndices de temps Indices de lieu Actions, événementsÉmotions, sentiments
– Julien Sorel = professeur particulier des enfants de Mme de Rênal– les coups de l’horloge
– 9h3/4
– le parc– J.prend la main de R.– anxiété
– fébrilité
– émotion
– bonheur extrême
– Mme de Rênal, bourgeoise mariée et mère de deux enfants– 10h– le château– R. retire sa main
– J. la reprend et la serre
– gêne
– main glacée
– confusion extrême
– malaise
– Mme Derville, amie de Mme de Rênal– le soir– le salon  

2) Analyse du relevé + explications :

– Le cadre de cet épisode amoureux est très resserré : peu de personnages, peu d’indices spatio-temporel, peu d’actions.

– Le parc, la nuit, le château et le peu de personnages rendent l’atmosphère feutrée, et propice à un acte d’amour caché, interdit.

– Pourtant, est-ce-bien de l’Amour avec un grand « A » ici ?

– Julien ne s’en cache pas : il s’est lancé un défi et compte bien le relever. Arrivé à ses fins, son bonheur est immense ; il a réussi à conquérir Mme de Rênal.

– Celle-ci se retrouve aussi dans un état second, mais pas pour les mêmes raisons : en se laissant faire, elle sait qu’elle va tout perdre : son honneur, son statut social, son mari, ses enfants.

– Elle sait aussi que cet acte peut la conduire à la mort car pour une femme à cette époque, ce type de déshonneur a souvent une issue fatale.

– Mais Mme de Rênal n’est pas heureuse et s’ennuie avec son mari qu’elle n’aime pas.

– Elle succombe donc et ne peut résister à cet homme jeune, beau, fougueux qui va faire renaître en elle toutes ses passions endormies, tous ses rêves refoulés.

3) Synthèse :

– La conquête amoureuse est donc de l’ordre du défi, de la prouesse personnelle.

– Elle est bien différente de l’Amour tel qu’il a été évoqué dans les textes précédents :

* le coup de foudre absolu du Chinois pour la très jeune fille française (L’Amant)

* le coup de foudre réciproque, plein de fraîcheur et de tendresse entre Colin et Chloé (L’Écume des jours)

* l’amour rebelle et impatient du jeune couple qui va rester même au-delà de la mort de Marie (Le Message).

Mme Bocquier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s