le musée des Augustins à Toulouse

Un peu d’Histoire…

Le musée des Augustins est le musée des Beaux-Arts de Toulouse en Haute-Garonne. Créé par décision du 23 décembre 1793 et ouvert en 1795, il est abrité dans l’ancien couvent des Augustins de Toulouse. Il rassemble des collections importantes de peinture et de sculpture.

Avant d’être affectés au musée, les bâtiments étaient une maison de l’ordre des ermites de saint Augustin. Dans son emplacement actuel, à l’intérieur des murs de la cité, le couvent des Augustins de Toulouse fut construit en 1309 avec l’autorisation du pape Clément V. Il fut transformé en musée après la suppression des ordres religieux à la Révolution française.

Le couvent des Augustins devient bien national par décret le 2 novembre 1789. Il est désaffecté puis démembré en 1790 lors de la suppression des ordres monastiques. Le muséum provisoire du Midi de la République, crée le 19 décembre 1793, s’installe aux Augustins et ouvre solennellement ses portes le 27 août 1795, ce qui en fait l’un des plus anciens musées de France, très peu de temps après le Louvre.

Vue sur le cloître du musée
Salon Rouge et sa magnifique collection de peintures

Une vidéo sur l’histoire du musée !

Clique ici pour voir la vidéo !

Puzzles !

A toi de jouer !

Augustins junior

Des jeux et des activités ludo-culturelles !

SEMAINE DU 15 AU 19 JUIN

Ce qui est à faire…

  • regarder la vidéo pour visiter Toulouse en 1 minute (lien plus bas)
  • cliquer sur « Mes jeux », jouer au jeu « les détails perdus » sur la page Augustins junior
  • dans « le labo », suivre le tuto pour fabriquer une guirlande de gargouilles !

visiter Toulouse en 1 minute !

 Toulouse en 60 secondes

Gargouille ?

Une gargouille (du latin garg-, gorge, et de l’ancien français goule, gueule1) est, dans le domaine de l’architecture, une partie saillante d’une gouttière destinée à faire écouler les eaux de pluie à une certaine distance des murs. Ce type d’ouvrage sculpté, généralement en pierre, est souvent orné d’une figure animale ou humaine typique de l’art grotesque roman puis surtout gothique.Par métonymie, elles désignent toute figure sculptée évacuant de l’eau et représentant le plus souvent un animal monstrueux. Elles sont ainsi présentes dans les temples grecs, les mascarons de fontaines.Au début du xiiie siècle apparaissent des chéneaux à la chute des combles visant à améliorer l’évacuation des eaux de pluie qui jusqu’alors s’écoulaient directement sur la voie publique par un jeu de saillies sur les corniches3. Ces chéneaux ornés de figures monstrueuses deviennent bientôt des gargouilles, figures sculptées recrachant l’eau par leur gueule. Les premières gargouilles, que l’on voit apparaître par exemple vers 1220 sur certaines parties de la cathédrale de Laon sont peu nombreuses et larges. Puis, au cours du xiiie siècle elles se multiplient, afin de multiplier les voies d’évacuation, et sont plus longues et fines. Elles prennent alors un tour plus décoratif et semblent faire l’objet d’une attention de plus en plus grande des sculpteurs. Elles se systématisent au milieu du siècle, ainsi on en trouve en 1225 à Notre-Dame de Paris sur les corniches supérieures, de même qu’à la Sainte-Chapelle, construite dans la décennie 1240. Ce n’est alors plus un buste mais un corps entier qui s’accroche au larmier, et on voit apparaître à Saint-Urbain de Troyes à la fin du xiiie siècle des gargouilles mettant pour la première fois en scène la figure humaine.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s