Dans la gueule du Cyclope

Je suis arrivé sur une île, je suis descendu avec douze de mes marins, et nous avons compris tout de suite que ce n’était pas Ithaque !!! C’était l’île des cyclopes, une île où les habitants ne s’embêtent pas à cultiver les champs car tout pousse tout seul. Tout le monde faisait ses clôtures avec des grosses roches et des troncs d’arbres. Les cyclopes sont colossaux et poilus comme des animaux, ils ont un seul œil au milieu du front, ils sont très effrayants !

On a débarqué sur l’île avec du vin tellement fort qu’il faut le diluer vingt fois pour qu’il puisse être bu. Nous sommes allés dans une grotte, nous étions tellement affamés que nous ne pensions qu’à manger. La grotte était déserte, mais il y avait des fromages qui séchaient dans un coin et nous nous sommes jetés dessus.

Soudain le cyclope qui habitait la grotte est rentré. Il a mis un énorme rocher devant l’ouverture pour qu’on ne puisse pas rentrer dans sa demeure, c’était la porte d’entrée. Nous avons regardé le cyclope traire ses bêtes pour faire du fromage. Quand il nous a vus, il nous a demandé qui nous étions. Je lui ai dit et je lui ai demandé l’hospitalité, au nom de Zeus. Mais le Cyclope a ricané car il ne craint pas Zeus, et pour montrer qu’il était le plus fort et qu’il se moquait des règles et des autres dieux, il a écrasé par terre la tête de deux de mes compagnons et il les a mangés avant d’aller dormir. Pendant qu’il dormait, j’ai réfléchi à le tuer mais nous serions coincés dans la grotte tellement l’énorme rocher à l’entrée était lourd.

Le lendemain matin le cyclope a mangé deux autres de mes amis, puis il a sorti son troupeau et il a refermé la grotte pour que nous ne puissions pas nous échapper.

Pendant que le cyclope était dehors, j’ai pris sa massue et j’ai taillé un bout pointu.

Quand il est revenu le soir, il a mangé deux autres de mes hommes. Pour accomplir le plan que j’avais élaboré pendant la journée, je lui ai donné un peu de notre vin noir pas dilué. Le cyclope a beaucoup aimé le vin, il m’a demandé comment je m’appelais, j’ai répondu «Je m’appelle Personne, tous le monde m’appelle comme ça.» Le cyclope m’a dit : «Pour te remercier de m’avoir donné donné ce vin délicieux, je te mangerai en dernier.» Quel cadeau !

Comme Polyphème, le cyclope, était complètement ivre, il s’est endormi. J’ai chauffé le bout de la massue dans le feu, et avec les compagnons qui me restaient, j’ai crevé l’œil du cyclope avec le bout pointu et chaud. Il a hurlé, tous les autres cyclopes sont arrivé à sa rescousse, ils ont tous demandé : «Qui t’a fait du mal ? » Il a répondu : «Personne», et grâce à ma ruse les autres sont repartis en pensant qu’il était fou.

Mais nous étions toujours enfermés et il était bien décidé à se venger d’être devenu aveugle ! Pour nous empêcher de nous échapper avec les moutons qui allaient brouter, Polyphème les vérifiait en les touchant avec les doigts, donc nous ne pouvions pas nous glisser au milieu du troupeau. Du coup, nous nous sommes mis sous les moutons : j’ai attaché mes compagnons sous leur ventre, et je me suis accroché de toutes mes forces sous le ventre du plus gros bélier. Nous avons réussi à nous échapper, nous avons pris la mer et j’ai nargué le cyclope en lui donnant mon vrai nom.

Pour se venger, le cyclope a fait appel à son père, Poseidon, le dieu de la mer, et c’est pour cela que je ne suis toujours pas rentré : il a décidé ma mort en mer.

JEU : Avez-vous bien lu ? Pour le savoir répondez au quizz.

écrit par les 6B, publié par S Richasse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s